Voici le premier article de la catégorie « Mes notes de lecture », dans laquelle je vais partager avec vous mes notes de lecture au fur et à mesure que je parcours divers livres traitant de futurologie.

Au programme pour cette première, le livre « Preserving Minds, Saving Lives » (Préserver les esprits, Sauver les vies) édité par « Alcor Life Extension Foundation« .

Alcor book

Alcor est LE leader international en matière de cryoconservation.

La cryonie ou cryogénisation (du grec κρύος kryos signifiant ‘froid’), est un procédé de cryoconservation (conservation à très basse température usuellement −196 °C) de tout ou parties d’êtres vivants dans l’espoir de les ramener à la vie par la suite lorsque les avancées scientifiques seront suffisantes.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cryonie

Avec la cryoconservation on trempe un doigt dans le futur, car les cryonistes font le pari de conserver corps et cerveaux en vue d’une réanimation quand les moyens technologiques le permettront.
La chance, aussi infime soit-elle, de pouvoir se réveiller en pleine possession de ses moyens dans un future plus ou moins lointain, est un pari relevé par les cryonistes. En voilà une vraie audace!

Le premier chapitre commence par une phrase de Michael Darwin « Nous sommes cryonistes parce que nous choisissons d’être optimistes plutôt que pessimistes à propos du futur ».

Cela ne vous rappelle rien ? C’est ce que nous clamons dans notre Manifeste et notre page À propos. C’est cet optimisme insatiable qui réunit un grand nombre de mouvements futuristes, par-delà leurs divergences.

Le livre « Preserving Minds, Saving Lives » est une compilation de divers textes publiés par la revue « Cryonics » durant les trois dernières décennies. Les thèmes abordés sont tout autant philosophiques que techniques; la lecture promet d’être aussi originale qu’instructive!

En nous penchant sur ces thèmes futuristes et travaux contemporains du domaine, le profane découvre un univers insoupçonné mêlé de techniques et perspectives métaphysiques rafraichissantes.

Chapitre I: What is Cryonics

Relativité et mort

Premier concept notable introduit par le livre, celui de la relativité de la mort. En effet, l’attribution de l’état définitif de mort peut varier en fonction de l’époque et du lieu: si vous êtes victime d’un arrêt cardiaque dans un pays sous-développé, vos chances de survie sont diminuées et vous serez plus promptement caractérisé de « mort ». Subissez la même attaque au sein d’une ville technologiquement avancée comme New-York ou Tokyo, et vous pourriez bien être « ramené à la vie » par une défibrillation. En réalité vous n’êtes pas ramené à la vie… puisque vous n’êtes jamais mort si l’on considère la mort comme définitive et qu’au cours des courtes minutes suivant un arrêt cardio-respiratoire votre neuroanatomie est toujours intacte.

En extrapolant le concept, ce qui est aujourd’hui considéré comme une mort irréversible, ne le serait plus dans le futur, où les moyens de « relancer la machine » seront infiniment plus élaborés qu’ils ne le sont aujourd’hui.

Ainsi, pour les cryonistes, c’est une problématique de quantité (de temps), pas de qualité: la cryopreservation n’est qu’un état temporaire parmi d’autres, en vue d’une réanimation future.

Cela pousse à s’interroger sur la préservation de l’identité. Quelle est la durée d’interruption de notre conscience au-delà de laquelle nous ne serions plus considérés comme étant la même personne ? Est-on la même personne le matin au réveil après avoir perdu conscience pendant notre sommeil? Demeure-t-on la même entité après une réanimation consécutive à un arrêt cardio-respiratoire, ou suivant une anesthésie pré-opératoire? Si oui, alors pourquoi ne le serions-nous pas après 50 ans passés dans un état de cryopréservation ? Si je me réveille dans 50 ans et que ma structure corporelle et cérébrale soit suffisamment préservée pour que je puisse retrouver ma personnalité et tous mes souvenirs…. suis-je la même personne ?

J’aurai tendance à répondre par l’affirmative. Une suspension d’une minute ou de cinquante ans… la différence est effectivement quantitative et non qualitative.

Les auteurs sont cependant univoques; il n’est aujourd’hui pas possible de réanimer un être ayant bénéficié d’un traitement cryo-préservatif. La démarche est bien celle d’un pari sur le futur.


CITATIONS DU BILLET: CLIQUEZ POUR TWITTER

Ce qui est aujourd’hui considéré comme une mort irréversible, ne le serait plus dans le futur, où les moyens de relancer la machine seront infiniment plus élaborés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Cliquer pour twitter Si je me réveille dans 50 ans et que ma structure corporelle et cérébrale soit suffisamment préservée pour que je puisse retrouver ma personnalité et tous mes souvenirs…. suis-je la même personne ? Cliquer pour twitter

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here